Accueil > Boite a idees > Realisations > Festival Sidération 2015

Festival Sidération 2015

Taille actuelle: 100%

Proposé par charlotte.gré le 13/04/2015

visuel_sideration_2015.jpg
visuel_sideration_2015.jpg, © Observatoire de l'Espace

Pour cette cinquième édition du festival Sidération, l’Observatoire de l’Espace a une nouvelle fois transformé le CNES en lieu d’expérimentation artistique. À travers le thème « Rêves, révoltes, révolutions… », publics et artistes ont plongé au cœur de la révolution spatiale qui s’est opérée au XXème siècle.

 

 

Des créations pour enrichir l’imaginaire spatial         
Cette nouvelle édition du festival a offert au public un panorama large sur l’Espace. Musique, danse, théâtre et cinéma étaient à l’honneur. Ainsi, une trentaine d’artistes de tous horizons ont présenté leurs créations hybrides et inattendues, nées d’un processus d’immersion dans le monde spatial.

chevalclaire.jpg

Cheval&Claire, "Tout ce qui monte" (performance musicale)

 

Les nouveautés du festival 2015   
Dans un souci de réinvention permanente, le festival a proposé cette année encore de nouvelles découvertes.

Habituellement programmé sur trois jours, Sidération a commencé cette année dès le jeudi soir par une soirée cinéma au cours de laquelle ont été diffusés trois films d’artistes évoquant chacun un rêve, une révolte ou une révolution liés à l’aventure spatiale. Les autres soirs, le festival proposait des formes courtes inédites puisant dans toute la palette du spectacle vivant : improvisations théâtrales, performances participatives, poésie rock ou slam littéraire.

Florent Trochel, "Le vent reconnaîtra la pointure de mes pieds" (performance)

Florent Trochel, Le vent reconnaîtra la pointure de mes pieds (performance)

 

Des Aveugles, petite forme chorégraphique et sonore (théâtre), par La Communauté Inavouable

 

Sidération a inauguré cette année le Caravansérail de l’Espace, un lieu en accès libre et gratuit à la croisée des arts et des sciences, ouvert à tous les champs de la création. Le collectif kom.post, artiste associé du Caravansérail, a mis en scène les interventions d’artistes, de chercheurs en sciences humaines et d’acteurs du monde spatial à travers une proposition artistique vivante ponctuée de diffusion de films, de créations sonores, de récits scientifiques, ou encore de lectures de textes historiques ou littéraires.

Le Caravansérail de l'Espace avec le collectif kom.post

Le Caravansérail de l'Espace avec le collectif kom.post

 

Le festival a également mis à l’honneur les arts visuels dans ses « Satellites ». Quatre artistes accompagnés par l’Observatoire de l’Espace ont invité le public à découvrir leurs travaux en cours. Dessins, installation vidéos ou multimédias, exposition photographique étaient présentés dans des ateliers éphémères.

Romaric Tisserand, plasticien, "Fallen Objet-Archive"

Romaric Tisserand, plasticien, "Fallen Object-Archive [Test1]"

 

Sidération, scène artistique novatrice

À travers une programmation éclectique, Sidération met en avant la diversité et la richesse des imaginaires spatiaux et cherche à créer la surprise et l’étonnement du public, loin des récits médiatiques de l’Espace. Sidération est un festival d’art total où des artistes, des écrivains et des acteurs du monde scientifique partagent avec le public le plus large, des récits de l’Espace dans lesquels l’humain occupe une place centrale.

La délégation générale à la langue française et aux langues de France du Ministère de la Culture et de la Communication est partenaire du festival Sidération

Le festival s’inscrit depuis la première édition dans la Semaine de la langue française et de la Francophonie organisée par le ministère de la Culture et de la Communication et le ministère des Affaires étrangères et européennes.

Plusieurs créations présentées au festival sont construites sur l’association de l’espace à un ou plusieurs des mots choisis cette année dans le cadre de l’opération « Dis-moi dix mots ».

xavier_garcia_par_aratani_riyochi.jpg

Xavier Garcia "Qui ne dit mot qu'on sonne" [photo Aratani Riyochi]

 

Ainsi, l'Observatoire de l’Espace a invité Xavier Garcia à mettre en musique les dix mots. Ces mots ont au préalable été plongés dans le contexte spatial, grâce à des textes et une iconographie explicative, qui sont présentés dans la nouvelle édition de la revue Espace(s). Xavier Garcia, dans sa performance musicale "Qui ne dit mot qu'on sonne", s’inspire de ce dispositif d’écriture évocateur pour nous faire rêver de l’Espace à travers sa musique électro-acoustique.

    
Le « kitsch » évoque par exemple « le clinquant de l’aventure spatiale […]. Un certain nombre de représentations iconographiques et picturales en attestent, qu’elles soient produites par des passionnés de l’espace ou par des cosmonautes aux penchants créatifs, sans oublier les effets spéciaux calamiteux déployés dans certains vieux films de science-fiction. Dans un cadre institutionnel, le mauvais goût frappe aussi volontiers, concernant, notamment, les objets promotionnels édités à l’occasion des vols spatiaux. Si tous les goûts sont dans la nature, il n’est pas certain que l’espace soit le vecteur des plus grandes révolutions esthétiques. »

Type :  Festival Rencontre
Organisateur :  Acteur culturel
Public :  Tout public
Thématique :  Arts Plastiques Arts Visuels Cinéma Danse Débat d'idées Littérature/Écrits/BD/Poésie Musique Théâtre et arts de la scène

Dailymotion

Facebook

Twitter

Partenaires