Espace pédagogique > Ressources

Ouf

Visualisez également la vidéo sur la page facebook dismoidixmots.

Écouter la chronique A télécharger
» télécharger l’animation
» télécharger la chronique audio
» télécharger la fiche pédagogique / le corrigé

Script de la chronique

Le verlan est une pratique bien ancienne en français comme dans beaucoup d’autres langues, mais il a été particulièrement à la mode dans l’argot des jeunes depuis les années quatre-vingt. À tel point que certains mots « verlanisés », c’est-à-dire mis à l’envers, sont devenus des mots à part entière, même s’ils restent familiers, évidemment. On a par exemple « ouf », c’est « fou » retourné.

Ce terme a connu un succès tout à fait remarquable, en reprenant certaines significations du fou. Le fou, c’est l’original, celui qui s’écarte de la raison. Alors le mot peut être admiratif ou moqueur, en tout cas, il pointe tout ce qui se fait remarquer en s’éloignant de la norme : « Partir à la mer pour la journée ! ? Mais t’es fou ! T’es ouf ! On n’aura jamais le temps ! »

Alors on oublie l’origine du mot ouf qui va rejoindre quelques autres expressions du genre : « T’es pas bien ! T’es malade ! » Le jeu de mots qui l’a fait naître va tisser autour de lui comme une coquille sonore qui le protège : c’est comme si un « h » aspiré invisible l’isolait. On dit « le ouf », on ne dit pas « l’ouf » ; on dit « Il est ouf celui-là », on ne dit pas « il est (t) ouf », la liaison est impossible.

Et son succès se marque définitivement dans une formule qui équivaut à un superlatif très intense « de ouf !  » : « Une maison de ouf ! », « Une musique de ouf ! », « On a dansé toute la nuit : une fête de ouf ! »

© CNDP/ Davy Drouineau – 2013